Troubles du sommeil : quand consulter un médecin ?

par | 18 Juin, 2024 | Sommeil

Les signes qui doivent alerter

Nous avons tous connu des nuits agitées où le sommeil peine à venir. Stress, anxiété, changement de rythme… les causes peuvent être multiples et passagères. Cependant, lorsque les troubles du sommeil persistent et impactent notre qualité de vie, il est important de ne pas les négliger. Fatigue chronique, somnolence diurne excessive, difficultés de concentration, irritabilité… autant de signes qui doivent nous alerter.

Les troubles du sommeil les plus fréquents sont l’insomnie, caractérisée par des difficultés d’endormissement ou des réveils nocturnes, et l’apnée du sommeil, qui se manifeste par des pauses respiratoires pendant la nuit. D’autres troubles comme le syndrome des jambes sans repos, le somnambulisme ou les terreurs nocturnes peuvent également perturber le sommeil.

Quand consulter un médecin ?

Si les troubles du sommeil persistent au-delà de quelques semaines et ont un impact sur votre qualité de vie, il est recommandé de consulter votre médecin traitant. Celui-ci pourra vous orienter vers un spécialiste du sommeil si nécessaire.

Une consultation est particulièrement recommandée si vous ressentez une somnolence diurne excessive qui vous met en danger dans certaines situations (conduite, travail sur machines…), si vous souffrez de ronflements importants et de pauses respiratoires pendant la nuit, ou encore si votre entourage constate des comportements anormaux pendant votre sommeil (agitation, cris, somnambulisme…).

Les outils diagnostiques

Lors de la consultation, le médecin commencera par un interrogatoire détaillé sur vos habitudes de sommeil, votre hygiène de vie et vos antécédents médicaux. Il pourra vous demander de tenir un agenda du sommeil pendant quelques semaines pour objectiver vos troubles.

Dans certains cas, des examens complémentaires peuvent être prescrits. La polysomnographie, réalisée en laboratoire du sommeil, est l’examen de référence. Elle enregistre pendant votre sommeil différents paramètres comme l’activité cérébrale, la respiration, le rythme cardiaque et les mouvements des jambes. D’autres examens comme la polygraphie ventilatoire ou l’actigraphie (enregistrement des périodes d’activité et de repos) peuvent compléter le bilan.

Les options thérapeutiques

Le traitement des troubles du sommeil dépend de leur origine et de leur sévérité. Dans de nombreux cas, des mesures simples d’hygiène du sommeil peuvent suffire : respect d’horaires réguliers, limitation des écrans le soir, pratique d’une activité physique régulière mais pas trop proche du coucher, évitement des excitants en soirée…

Pour l’insomnie, les thérapies cognitivo-comportementales sont souvent proposées en première intention. Elles visent à modifier les habitudes et les croyances négatives autour du sommeil. Les techniques de relaxation et de respiration peuvent également être utiles. En cas d’échec, un traitement médicamenteux par somnifères ou anxiolytiques peut être envisagé sur une courte durée.

Pour l’apnée du sommeil, l’appareillage par PPC (Pression Positive Continue) est le traitement de référence. Il s’agit d’un masque nasal qui délivre un flux d’air pendant la nuit pour maintenir les voies aériennes ouvertes. D’autres traitements comme les orthèses d’avancée mandibulaire ou la chirurgie peuvent être proposés dans certains cas.

Parmi les aides non médicamenteuses, l’oreiller ergonomique Chillow, en favorisant une position de sommeil optimale et en rafraîchissant la tête, peut contribuer à améliorer la qualité du sommeil.

L’importance d’une prise en charge globale

Au-delà des traitements spécifiques, la prise en charge des troubles du sommeil doit être globale et multidisciplinaire. Il est essentiel d’identifier et de traiter les éventuels facteurs associés comme le stress, l’anxiété, la dépression ou certaines maladies chroniques (diabète, hypertension, douleurs chroniques…).

Le médecin traitant, en lien avec les spécialistes du sommeil, a un rôle central dans cette prise en charge. Mais d’autres professionnels comme les psychologues, les kinésithérapeutes ou les diététiciens peuvent également intervenir selon les besoins.

L’éducation thérapeutique du patient est un autre volet important. Mieux comprendre son trouble, identifier les facteurs déclenchants et adopter les bons réflexes est essentiel pour une amélioration durable de la qualité du sommeil.

En conclusion, les troubles du sommeil sont fréquents et peuvent avoir un impact significatif sur la qualité de vie. Si les mesures d’hygiène du sommeil sont souvent suffisantes, il ne faut pas hésiter à consulter en cas de troubles persistants ou invalidants. Grâce à une prise en charge adaptée et multidisciplinaire, il est possible de retrouver un sommeil de qualité et de prévenir les complications à long terme.

Les conséquences des troubles du sommeil sur la santé

Au-delà de leur impact immédiat sur la qualité de vie, les troubles du sommeil peuvent avoir des conséquences à long terme sur la santé. Une dette chronique de sommeil est un facteur de risque pour de nombreuses pathologies.

Sur le plan métabolique, un manque de sommeil prolongé favorise la prise de poids, l’insulinorésistance et le diabète de type 2. Les mécanismes sont multiples : dérèglement des hormones de la satiété (leptine et ghréline), augmentation de la faim et de l’appétit pour les aliments gras et sucrés, diminution de la dépense énergétique…

Les troubles du sommeil ont également un impact sur le système cardiovasculaire. L’insuffisance chronique de sommeil est associée à un risque accru d’hypertension artérielle, d’accidents vasculaires cérébraux, d’infarctus du myocarde et de troubles du rythme cardiaque.

Sur le plan neurologique, les troubles du sommeil peuvent altérer les fonctions cognitives comme la mémoire, l’attention, la concentration et la prise de décision. À long terme, ils pourraient même favoriser le développement de maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer.

Les troubles du sommeil, en particulier l’insomnie, ont aussi un impact sur la santé mentale. Ils sont souvent associés à des troubles anxieux et dépressifs, avec lesquels ils entretiennent une relation bidirectionnelle : les troubles du sommeil peuvent précipiter ou aggraver un trouble de l’humeur, et inversement.

Enfin, une dette chronique de sommeil affaiblit le système immunitaire et augmente le risque d’infections. Elle pourrait aussi jouer un rôle dans certains cancers, comme le suggèrent des études récentes.

L’impact sociétal des troubles du sommeil

Au-delà de leurs conséquences individuelles, les troubles du sommeil ont un impact sociétal majeur. Ils représentent un véritable enjeu de santé publique, encore sous-estimé.

La somnolence diurne, conséquence fréquente des troubles du sommeil, est responsable de nombreux accidents de la route, du travail et domestiques. Elle diminue la productivité au travail et augmente le risque d’erreurs et d’accidents, en particulier dans les métiers à risque (transport, santé, industrie…).

Les coûts économiques directs et indirects des troubles du sommeil sont considérables. Ils incluent les dépenses de santé (consultations, examens, traitements), mais aussi les coûts liés à la baisse de productivité, à l’absentéisme et aux accidents. Aux États-Unis, ce coût est estimé à des centaines de milliards de dollars par an.

Les troubles du sommeil peuvent aussi avoir un impact sur la vie familiale et sociale. L’irritabilité, les sautes d’humeur et la fatigue chronique peuvent mettre à mal les relations interpersonnelles, tant au niveau du couple que de la famille ou des amis.

Vers une meilleure prise en compte des troubles du sommeil

Face à ces constats, il est essentiel de mieux prendre en compte les troubles du sommeil, à la fois au niveau individuel et sociétal.

Au niveau individuel, chacun peut agir pour préserver son capital sommeil. Respecter les règles d’hygiène du sommeil, être à l’écoute de ses besoins et consulter en cas de troubles persistants sont autant de clés pour préserver un sommeil de qualité.

Les employeurs ont aussi un rôle à jouer, en favorisant des horaires de travail compatibles avec un bon sommeil, en sensibilisant leurs salariés à l’importance du sommeil et en dépistant les troubles du sommeil chez les travailleurs à risque.

Au niveau sociétal, il est urgent de faire de la santé du sommeil une priorité de santé publique. Cela passe par des campagnes de sensibilisation du grand public, la formation des professionnels de santé, le développement de la recherche et l’amélioration de l’accès au diagnostic et aux traitements.

Des initiatives voient le jour en ce sens, comme la création de centres du sommeil multidisciplinaires, le développement de la télémédecine ou encore l’utilisation d’outils numériques pour le dépistage et le suivi des troubles du sommeil.

En conclusion, les troubles du sommeil sont un véritable enjeu de santé publique, encore sous-estimé. Leur impact sur la santé, la qualité de vie et la société est majeur. Une prise en charge précoce et adaptée, ainsi qu’une meilleure prise en compte à tous les niveaux de la société, sont essentielles pour prévenir leurs conséquences à long terme. Le sommeil est un pilier de la santé, au même titre que l’alimentation et l’activité physique. Il est temps de lui accorder toute l’attention qu’il mérite.

Sources :

 

Chillow Original

✓ 30 nuits d’essai offertes
 Soutien optimal
 Réveils sans douleurs
✓ Housse amovible incluse